Abidjan - Côte d'ivoire Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire
28 - 30 Mars 2017 3 jours productifs
Conférenciers & Panels de haut niveau
Plus de 400 experts de haut niveau attendus

L’Emergence, un pari pour l’Afrique :La capitale ivoirienne accueille la Conférence internationale sur l’émergence. Les discussions devraient permettre de dégager les pistes

  
  
19 / 03 / 2015

 

Source : Journaldumali.com

 

A la suite de la cérémonie d’ouverture de la Conférence internationale sur l’émergence, le Président de la République ivoirienne, Alassane Ouattara a animé aux côtés de son homologue sénégalais, Macky Sall, un panel de haut niveau sur la vision de l’émergence en Afrique au cours duquel, les autorités de pays comme la Chine, la Malaisie, l’Afrique du sud ont partagé leurs expériences d’émergence, sous l’œil avisé des représentants de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement qui n’ont pas manqué d’apporter leur contribution à ce débat. « L’Etat développementaliste et l’émergence » c’était le thème principal à cette première plénière.

Pour M. Ouattara, « l’émergence est un pari sur l’avenir qu’il faut planifier ». Cette planification doit prendre en compte, la question fondamentale de la gouvernance avec pour corolaire l’Etat de droit a affirmé le Président sénégalais. Mais encore, a-t-il ajouté, l’Afrique doit relever certains défis spécifiques pour aller à l’émergence, en l’occurrence la paix et la sécurité pour lesquels il faudra lutter contre le terrorisme et toutes formes de déstabilisation.

Par ailleurs, le Chef d’Etat sénégalais a souligné la nécessité pour les Etats africains d’engager d’importantes réformes économiques et administratives, qui doivent être accompagnées de politiques de réduction des inégalités et d’une transformation profondes des mentalités des populations. Pour renforcer cette dynamique vers l’émergence, le Vice président Afrique de la Banque mondiale, M. Maktar Diop a recommandé aux Etats africains d’investir dans le capital humain et de procéder à une transformation de leurs économies dans la durée, en se dotant d’un secteur privé fort et en réduisant la perception du risque.

Définissant l’Etat développementaliste, le modérateur de ce panel, Mamadou Lamine LOUM, ancien Premier ministre du Sénégal, a indiqué que « c’est un Etat caractérisé par le souci de réduction de la pauvreté, d’instauration d’un climat de paix, de stabilité, de sécurité politique, d’un Etat de droit qui mobilise toutes les ressources, épris de bonne gouvernance et crée de la richesse».

Durant ce panel présidé par l’ancien Président sud-africain, Thabo MBEKI, les expériences éthiopienne, togolaise et ivoirienne et les suggestions del’Organisation de coopération et de développement économique(OCDE) en termes de progrès réalisés ont été partagées.